Header_Hepvo

vendredi 7 août 2020

 

Quel prix la société devrait-elle mettre sur la protection de la santé ?

Ignorer les leçons de l'histoire après le SRAS augmente le risque de propagation de Covid-19.
Le jeudi 4 juin, les résidents d'un complexe de logements publics de Hong Kong ont été évacués à la suite d'une concentration de Covid-19 sur plusieurs étages. En mars 2003, un complexe d'immeubles de grande hauteur, Amoy Gardens à Hong Kong, est devenu l'un des épicentres d'un nouveau coronavirus. Le complexe comptait de 33 à 41 étages et abritait quelque 19 000 personnes. 329 occupants ont contracté la maladie, 42 sont morts. Dans le cadre de l'enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), on a découvert que les réseaux d’évacuation des eaux usées étaient une cause majeure de la propagation rapide du virus dans tout le bâtiment.

 

En 2020, le Covid-19 s'avère encore plus mortel et ravage le monde en ce moment même. La plupart des gens ne connaissent aujourd'hui que trop bien les modes de propagation du virus. Nous connaissons les risques liés aux gouttelettes d'eau en suspension dans l'air, au contact direct et au contact avec des objets contaminés.  

On nous rappelle constamment les précautions que nous devons tous prendre pour nous protéger et protéger les autres.  Aujourd'hui, nous devons également tirer les leçons de l'histoire. Si nous connaissons les risques de clusters dans les immeubles de grande hauteur, quelles mesures devons-nous prendre pour que cela ne se reproduise pas ? 

 

Risques liés aux réseaux d’évacuation des eaux 

Les réseaux d’évacuation des eaux usées jouent un rôle essentiel dans la propagation de ces virus. À la suite de l'épidémie de SRAS, l'OMS a commandé une étude qui a conclu que les siphons traditionnels dans les canalisations des salles de bains du bâtiment de Hong Kong constituaient un conduit permettant aux gouttelettes d'air contaminées de pénétrer dans les foyers. En bref, le virus se propage par un sol défectueux et le système d’évacuation des eaux usées. Lorsque les résidents infectés utilisaient leurs toilettes, cela permettait aux gouttelettes chargées de virus de se déplacer dans le bâtiment via le système d’évacuation des eaux usées. Les ventilateurs d'extraction des toilettes ont ensuite fait circuler le virus dans les pièces. 

En 2017, un groupe de chercheurs, les docteurs Michael Gormley, Thomas Aspray et David Kelley, a publié une étude de 20 ans sur la transmission des infections virales dans les bâtiments. 

Dans cette publication médicale, The Lancet, l'équipe de recherche a mis en évidence une zone à risque de Covid-19 qui n'a pas encore fait l'objet d'une attention particulière, à savoir les grands bâtiments tels que les hôpitaux et les tours, en référence à l'épidémie de SRAS à Hong Kong. Bien que l'équipe reconnaisse que la transmission directe de personne à personne reste le moyen le plus courant de contracter la maladie, ses recherches suggèrent que les occupants des grands immeubles pourraient être infectés si des défauts surviennent dans les réseaux de canalisations. David Clayson, expert en eaux usées de la société Wavin, commente l'article en ces termes : "Il est important que les gens en soient conscients et prennent des mesures pour se protéger". 

L'approvisionnement en eau potable, des services d'assainissement adéquats et de meilleures pratiques d'hygiène sont aujourd'hui reconnus par l'OMS comme des instruments essentiels pour prévenir la propagation de Covid-19. Cependant, plusieurs milliers de bâtiments dans le monde entier présentent toujours les mêmes défauts que le bâtiment de Hong Kong. Les réseaux d’évacuation des eaux usées de ces bâtiments sont de véritables vecteurs de la maladie.

 

Quel prix pour des environnements sains ?

Un message essentiel pour les personnes impliquées dans la gestion des bâtiments  

 

David Clayson rappelle que les siphons traditionnels des réseaux de plomberie de ces bâtiments sont particulièrement vulnérables à l'éclatement des joints d'étanchéité en raison de la pression supplémentaire exercée par le nombre de personnes utilisant ces systèmes en même temps que d'habitude - ou, dans le cas des hôpitaux, du fait que les salles sont en surcapacité. Les mêmes risques, d'ailleurs, peuvent provenir de l'évaporation de l'eau dans les siphons traditionnels en raison de la sous-utilisation de la plomberie - même dans un local fermé, il y aura de vieux éviers ou des siphons de sol de salle de bains dans les appartements qui ne seront pas utilisés". 

Il a poursuivi : "Nous voyons un certain nombre de mesures très simples que les gens peuvent prendre pour éviter de tomber malade par la propagation de gouttelettes d'eaux usées contaminées. Notre conseil le plus important : l'odeur des eaux usées est toujours malsaine. Si vous sentez une odeur provenant des égouts, c’est que que quelque chose ne va pas et doit être réparé. Souvent, l'odeur des eaux usées est causée par un siphon desséché. Ces types de siphons sont donc parfaitement utilisables dans la plupart des situations, mais ils ont leurs limites lorsqu'ils perdent leur étanchéité. Le risque est particulièrement élevé lorsqu'ils sont placés dans des immeubles de grande hauteur ou lorsqu'ils ne sont pas utilisés fréquemment. Un environnement chaud peut accélérer la perte d'eau du siphon, tout comme la chasse d'eau des toilettes ailleurs dans le bâtiment, ou si le bâtiment a une mauvaise ventilation ou une ventilation défaillante". 

La solution est évidente, simple et rentable. Dans ces cas spécifiques, il convient d'installer des siphons à membrane sans garde d’eau approuvées et certifiées à la place des siphons traditionnels. La solution Wavin HepvO par exemple est plus sûre et plus fiable que les siphons traditionnels, car la membrane du siphon Wavin HepvO assure une séparation étanche entre l’espace de vie et le système d’évacuation et maintient la protection contre les remontées de mauvaises odeurs. Cependant, ces systèmes sans eau, plus coûteux, ne sont pas encore aussi largement utilisés qu'ils devraient l'être. Il faut que cela change. Quel prix la société devrait-elle accorder à la protection de la santé ? 

David Clayson a conclu : "En tant que fabricant mondial d'infrastructures essentielles d'approvisionnement en eau et d'assainissement, nous estimons qu'il est de notre responsabilité de faire progresser l'utilisation de ces solutions vitales qui contribuent à contenir le Covid-19 et d'autres virus. Avec des mesures mineures, nous pouvons créer une amélioration majeure dans la prévention des maladies. Nous considérons cela comme un engagement fondamental pour Wavin". 

 



Partager cette page


X
Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies. 
J'accepte