lundi 21 novembre 2016

 

10 mesures pour prévenir les inondations en zones urbaines

Les récentes intempéries qui se sont abattues sur des villes d’Europe occidentale, et dans le monde entier d’ailleurs, ont révélé au grand jour le problème sérieux que représente l’intensification des épisodes d’inondations en zones urbaines. Personnes blessées, décédées, dommages sur les habitations et entreprises ainsi que sur l’ensemble des infrastructures municipales : cette situation est dévastatrice. Le changement climatique étant désormais un fait, ces catastrophes ne feront qu’augmenter à l’avenir… à moins que nous ne prenions des mesures proactives pour atténuer le problème. Il existe en fait de nombreuses actions préventives pouvant être mises en place pour garantir la sécurité des villes et de leurs habitants. Pour ouvrir le débat, nous vous présentons ici dix initiatives sérieuses :

1. Créer une "ville éponge"

Ce concept connaît un grand succès en Chine, un pays dont le taux d’inondations urbaines a plus que doublé au cours de ces dernières années. Selon Kongjian Yu, doyen de l’École universitaire d’architecture paysagère de Pékin, «une ville éponge est une ville capable de retenir les eaux, de les nettoyer et de les évacuer de manière naturelle, par le biais d’une approche écologique». Au lieu d’évacuer les eaux pluviales, une ville éponge les retient pour les utiliser dans son périmètre. Les utilisations sont multiples : irrigation des jardins et fermes urbaines, recharge des aquifères appauvris, remplacement ou réapprovisionnement de l’eau des chasses d’eau, et traitement pour une transformation en eau potable. Arcadis, qui se trouve être l’un des clients stratégiques de Wavin, a été désigné comme consultant principal dans le cadre du Projet ville éponge de Wuhan, en Chine, la première des 16 villes choisies comme villes-pilotes dans le cadre d’une initiative menée par le Gouvernement central. Tous les regards se tournent vers ces villes, et nous pourrons bientôt observer si les résultats de cette nouvelle approche en matière de gestion des eaux de pluie sont concluants.

2. Toitures végétales/jardins sur toit.

Les toitures végétalisées (toitures couvertes de végétation) absorbent naturellement les eaux de pluie et aident à atténuer les inondations. Elles connaissent un grand succès en Europe. En ce qui concerne l’eau, les avantages sont très simples : pour le propriétaire de bâtiment, il s’agit d’un outil de gestion des eaux de pluie ; pour la communauté, elles réduisent le ruissellement des eaux pluviales, et pour l’environnement, elles préviennent le débordement des égouts. Les toitures végétalisées permettent également d’atténuer l’effet d’îlot thermique urbain. L’évaporation des plantes refroidit les bâtiments et la ville.

10 mesures pour prévenir les inondations en zones urbaines - Toitures végétales

3. Créer des plaines inondables et zones de débordement pour les rivières

Il fut un temps où les plaines inondables couvraient de vastes étendues le long des rivières européennes. Aujourd’hui, en raison de l’extension urbaine, moins de la moitié existe encore. Un mouvement visant à rétablir ces plaines inondables en raison de leur rôle important pour la prévention des inondations, la gestion des eaux et la protection de l’environnement, s’est mis en place. Concrètement, les plaines inondables retiennent et absorbent l’eau, protégeant ainsi les villes des alentours des effets indésirables des fortes précipitations.

4. Séparer les eaux de pluie du réseau d’assainissement

Pour améliorer la gestion de l’eau et prévenir les dommages sur le réseau d’assainissement, les villes commencent à réorganiser leurs canalisations souterraines et systèmes d’évacuation, en séparant les eaux pluviales du réseau des eaux usées. Cette séparation permet aux stations d’épuration de fonctionner correctement, sans être engorgées par de grandes quantités d’eaux pluviales.

5. Installer des systèmes de bassins de rétention et d’infiltration des eaux

Une solution pérenne pour la gestion des eaux pluviales. Grâce aux systèmes de bassins de rétention et d’infiltration comme Q-Bic, Q-BB, et notre dernier produit, le Q-Bic Plus, la création rapide et simple de réservoirs souterrains est devenue possible. Les unités Wavin sont destinées à équiper les lieux soumis à de fortes charges imposées par la circulation, et où le niveau de la nappe phréatique est élevé. La nouvelle unité se base sur un concept modulaire, où seuls les panneaux latéraux sont réellement nécessaires dans un réservoir de rétention/d’infiltration. Tous les éléments du système sont légers et s’assemblent les uns aux autres, sans recours à des connecteurs ou autres outils, rendant ainsi l’installation vraiment plus rapide. Fabriquée en polypropylène vierge, l’ouvrage est extrêmement solide et peut supporter de très fortes charges.

6. Maintenir le réseau d’assainissement propre, pour qu’il puisse bien remplir sa fonction

Cela peut peut-être paraître évident, mais les réseaux d’assainissement peuvent s’obstruer avec des déchets, des débris, des sédiments, des racines d’arbre et des feuilles. Les canalisations traditionnelles en fonte ont tendance à rouiller et s’éroder, aggravant ainsi le problème. Les canalisations en matière plastique Wavin ainsi que les regards Tegra ne s’érodent jamais et sont faciles à nettoyer et inspecter.

7. Techniques alternatives de gestion des eaux de pluie en milieu urbain : pavages, trottoirs et jardins autobloquants

Dans certaines zones urbaines, les espaces verts sont considérés comme un luxe. Le béton n’est pas perméable. Il n’absorbe pas les eaux pluviales. Il les bloque et les redirige vers des systèmes d’évacuation qui, à leur tour, bien souvent s’obstruent, engendrant des débordements d’eau dans les rues et sur les trottoirs. Si rien n’est fait, cette situation créera des inondations. D’où le concept durable des eaux pluviales. Les initiatives environnementales urbaines lancées actuellement en Europe et dans le monde entier préconisent le remplacement des surfaces imperméables par des matériaux perméables, tels que du gazon ou des jardins, permettant ainsi aux eaux pluviales de s’infiltrer dans le sol. Ce processus, aussi connu sous le nom d’infiltration, sert également à maintenir la vie végétale.

8. Mieux vaut prévenir que guérir

Malgré les bonnes pratiques appliquées en matière de gestion des eaux pluviales, les habitations et bâtiments peuvent être encore sujets aux inondations. Pour y remédier, certaines précautions supplémentaires peuvent être prises, comme le réaménagement de votre habitation par exemple, afin de limiter les dommages éventuels et/ou blessures corporelles : un projet (proactif) audacieux. Il existe d’autres mesures, telles que placer les prises électriques murales en hauteur, imperméabiliser l’habitation ou le bâtiment, s’assurer que les fenêtres et les portes sont équipées de joints d’étanchéité, et remplacer les panneaux MDF ou le placoplâtre par des matériaux plus durables.

9. Améliorer les mécanismes d’alertes inondations

Avertir suffisamment tôt et de manière appropriée de l’arrivée imminente de tempêtes et d’inondations peut non seulement permettre aux habitants d’être proactifs - pour prévenir les dommages sur leur propriété - mais aussi de sauver des vies. En Europe, des initiatives ont été lancées pour revoir la manière dont les catastrophes naturelles, telles que les inondations, peuvent être estimées avec précision et quand l’alerte doit être donnée (et à quelle fréquence). Des systèmes de prévisions météorologiques de pointe et des mécanismes d’alarme précoces sont en cours d’adaptation, afin de « créer un outil opérationnel destiné aux décideurs, comme les agences de l’eau, les gestionnaires de ressources en eau, les entreprises d’hydroélectricité, la protection civile et les secouristes et les organisations internationales d'aide humanitaire. » (Commission européenne – Centre commun de recherche (CCR)).

10. Agir

Mais il est important de ne pas compter que sur les pouvoirs publics, les municipalités et les écologistes ou urbanistes pour mettre en place une infrastructure visant à prévenir les inondations en zones urbaines. Nous – c’est à dire chacun d’entre nous – devons considérer l’adaptation au changement climatique comme une responsabilité personnelle. Qu’il s’agisse de collecter des eaux pluviales ou de végétaliser nos toitures, il est impératif que nous prenions les mesures nécessaires et que nous agissions comme partie intégrante aux solutions de gestion des eaux pluviales.

Selon l’Agence européenne de l’environnement, « à l’avenir, les pertes annuelles causées par les inondations devraient être multipliées par 5 d’ici 2050 et par 17 d’ici 2080 ». L’AEE a publié" un rapport sur la nécessité de s’adapter au changement climatique en Europe. Des mesures préventives doivent être mises en place, le plus tôt sera le mieux. En ce qui nous concerne, chez Wavin, nous continuerons de jouer un rôle de premier ordre dans le développement et la production de solutions visionnaires et durables en matière d’eaux pluviales, afin d’atténuer les défis que représentent les inondations en zones urbaines et de nous adapter nous aussi à une nouvelle donne, celle du changement climatique.



Partager cette page


X
Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies. 
J'accepte